Les défis de nos fans : voir les aurores boréales en Islande

Les défis de nos fans : voir les aurores boréales en Islande

Marion, la première marraine du Club Défis Nature, et ses trois enfants Antoine, Félicie et Gaspard, ont décidé de faire le tour du monde en générant le moins d'impacts écologiques possible. Ils t’emmènent en Islande !

L’Islande… Quel incroyable pays « du bout du monde » !

 

Nous avons adoré l'Islande avec ses paysages qui changent tout le temps (volcans, glaciers, geysers, plages, sources d'eau chaude, forêts, montagnes...), ses petits musées de tout et n’importe quoi (avez-vous entendu parler du Musée du zizi de Reykjavik ? A voir absolument !). Sans oublier les légendes des Vikings, des trolls et des grands explorateurs qu’on raconte au coin du feu… Un vrai coup de cœur pour nous tous !

L’Islande regorge également d’animaux : petit rorqual, baleine à bosse, otarie, renard polaire, et toutes sortes d’oiseaux … Mais le rêve de Maman, c’était de voir des macareux moines, et surtout une aurore boréale – ces traits de lumière multicolore que l’on peut observer la nuit dans les zones polaires de l’hémisphère Nord.

Voir des aurores boréales

Durant notre séjour, pas un macareux moine à l’horizon, en revanche pour les aurores, on a eu beaucoup de chance, parce qu’on en a vu une dès la deuxième nuit ! Ce soir-là on s’était arrêté avec le camping-car en plein milieu de la péninsule Snæfellsnes, loin de toute habitation et de toute lumière artificielle. Nous avions croisé le dernier être humain depuis au moins 2 heures. Seuls au monde ! C’était déjà une très belle nuit étoilée, comme on a eu la chance d’en voir souvent pendant notre voyage autour du monde … mais quand Maman nous a réveillés à 3 heures du matin, on a vu des traces blanches et vertes très pales dans le ciel. Une grande émotion ! Dommage : nous n’étions pas assez bien équipés pour en rapporter une seule photo…

La deuxième semaine dans le sud-est de l’île, au lac Jökulsárlón – le « lac aux icebergs » - on a de nouveau réussi à apercevoir une belle aurore. Gaspard, qui est devenu un pro en aurores, avait vérifié les prévisions sur un site internet spécialisé, et on s’était bien renseigné auprès des autres touristes sur la route. Tout le monde avait le nez en l’air ! Parfois l’aurore ne dure que quelques secondes. C’est comme un voile très léger qui bouge et s’estompe très vite. Il faut avoir l’œil !

Le musée des aurores

A Reykjavik, on a visité le magnifique musée des aurores boréales pour mieux comprendre le phénomène : les aurores boréales sont dues à des vents solaires qui entrent dans notre atmosphère. Le meilleur moment en Islande, c’est entre novembre et février, donc quand les nuits sont les plus longues et les plus froides. Et il y a des gens qui passent leur vie à « chasser les aurores boréales » (avec un appareil photo ou une caméra bien sûr !).

Ça ressemble au plus beau métier du monde, non ?

Antoine (9 ans), Félicie (11 ans) et Gaspard (15 ans)

Partager ce contenu