Rencontre avec Claudie Haigneré : la vie d'une astronaute

Rencontre avec Claudie Haigneré : la vie d'une astronaute

Claudie Haigneré est partie à deux reprises en mission dans l'espace. Elle répond aux questions des enfants, curieux de connaître la vie dans l'espace. 

La vie d’astronaute

En général, combien de temps durent les voyages ?

Pour aller en orbite basse, cela dure quelques heures, et les missions à bord de la station spatiale aujourd’hui durent 6 mois : on les appelle des expéditions.  Pour aller vers la Lune c’est quelques jours de voyage (3 à 6) et un séjour aujourd’hui de quelques jours et d’ici quelques années, des séjours de quelques mois. Pour aller vers Mars, on parle de 6 mois de voyage aller, 6 mois de séjour sur la Planète et 6 mois de voyage retour, donc au minimum 18 mois de mission et sans doute plus.

Comment les astronautes reviennent-ils sur Terre ?

Il y a toujours une capsule spatiale amarrée à la station pour pouvoir évacuer en cas d’urgence ou pour rentrer au sol, tout simplement, à la fin de la mission. L’équipage -3 personnes- s’installe dans la capsule avec son scaphandre, vérifie tous les systèmes de bord et ferme l’écoutille qui permet de l’isoler de la station. L’équipage provoque ensuite le désamarrage, la capsule Soyouz s’éloigne, et, à distance de la station, freine sa vitesse. La capsule quitte alors l’orbite autour de la Terre et commence sa rentrée dans les couches denses de l’atmosphère pour atterrir sous un immense parachute dans les steppes du Kazakhstan. Depuis 2011, il n’y a plus de navette avion spatial, seules des capsules amènent et ramènent les équipages.

Où s’entraînent les astronautes sur Terre ?

L’entraînement se déroule dans différents centres : le centre d’entraînement des astronautes européens en Allemagne près de Cologne, la Cité des Étoiles près de Moscou, et le centre de Houston aux États Unis.  Certains entraînements se déroulent au Japon et au Canada, et même en Chine aujourd’hui. Un entraînement d’astronaute c’est beaucoup de travail, beaucoup de lieux différents et beaucoup de magnifiques rencontres.

Que fait un.e astronaute durant la journée ? Comment il/elle remplit son temps libre ?

À bord des laboratoires de la station spatiale, beaucoup d’expériences scientifiques sont réalisées pour connaître le fonctionnement du corps humain, le comportement des liquides, des flammes et des constructions complexes en l’absence de gravité. C’est ce qui prend la plus grande partie du temps des astronautes. Ensuite, il y a tout ce que l’on appelle la maintenance de la station (surveillance du bon fonctionnement et réparation quand c’est nécessaire). Pour certaines expériences ou réparations, il faut sortir de la station dans le vide spatial, c’est ce que l’on appelle les EVA (sorties extravéhiculaires), avec un gros scaphandre de protection. Les EVA sont physiquement très difficiles et risquées. Pendant les vols longs de plusieurs mois, il faut pratiquer régulièrement 2 heures d’entraînement physique à bord, tous les jours, pour garder une bonne condition physique. En général, il y a 6 membres d’équipage dans la station et l’on essaie de partager quelques moments de vie en commun (repas, film à regarder, musique). Les cosmonautes et astronautes consacrent aussi du temps à parler avec le sol, avec les élèves dans les écoles, avec leur famille. Et, bien évidemment, regarder par le hublot le magnifique spectacle de la planète Terre qui est si belle, en essayant de faire de magnifiques photographies que l’on publie sur Twitter, Instagram et tous les réseaux sociaux pour faire partager notre chance d’être en orbite autour de la Terre.

Comment et quand les astronautes dorment étant donné qu’il n’y a ni jour ni nuit ?

Une orbite autour de la Terre se fait en 90 minutes, c’est-à-dire qu’en regardant par le hublot, on voit la Terre de jour pendant 45 min, puis la Terre de nuit pendant 45 min quand le soleil est caché. Ce n’est bien sûr pas le rythme de vie à l’intérieur de la station. Les journées et les nuits sont organisées en 24 heures et coordonnées avec les centres de contrôle des missions au sol. Quand le programme de la journée est terminé, chacun va dans son espace personnel (quelques cabines existent à bord, ou dans un module isolé), pour s’installer dans son sac de couchage fixé à la paroi. Ceci permet de dormir dans une position de complet relâchement, mais bien fixé quelque part, pour ne pas avoir la surprise de se réveiller le lendemain matin loin de l’endroit où on s’est endormi.

Est-ce que les astronautes doivent s’attacher pour dormir ?

Tout doit être fixé en microgravité : son sac de couchage, ses stylos, son carnet, son appareil photo, sa fourchette…. Sinon tout s’envole et tout se perd.

Que mangent les astronautes ? Doivent-ils/elles manger les aliments sous forme de « barres déshydratées» pour ne pas que ça s’envole ?

Aujourd’hui dans la station spatiale internationale, il y a beaucoup de plats différents avec des saveurs américaines, russes, européennes, japonaises…. Il y a des plats lyophilisés que l’on réhydrate avec de l’eau chaude ou froide, il y a des conserves (viandes, poissons, fromage, desserts), il y a des plats bien conditionnés que l’on peut réchauffer. Et quand un nouvel équipage ou un cargo arrive, il y a même des arrivages de fruits frais qui font toujours plaisir pour le goût et l’odeur.

Comment fait-on pour boire dans l’espace ?

On boit avec une paille, car on ne peut pas verser le liquide dans un verre. Il faut être attentif à ne pas faire exploser les bulles de liquide quand on « joue » avec car on doit ensuite nettoyer avec précaution toutes les gouttelettes qui se sont dispersées.

Comment font les astronautes pour les réserves de nourriture et pour avoir suffisamment à manger ?

Il y a des cargos automatiques qui apportent des provisions à bord, des vaisseaux russes, américains, européens (ils s’appellent ATV), japonais… Ils apportent eau, nourriture, matériel, vêtements…Certains sont détruits à leur retour de la station en traversant les couches denses de l’atmosphère (en général on les a chargés avec les déchets que l’on veut éliminer). D’autres cargos reviennent jusqu’au sol et ramènent des résultats d’expériences.

Comment fait-on ses besoins dans l’espace ?

Le système est assez rustique et fonctionne avec une aspiration qui reproduit un peu l’effet de la gravité. Cela fonctionne bien, il faut être vigilant à la conservation et destruction des déchets. On peut purifier l’eau des urines pour la réutiliser.

Comment font les astronautes pour se doucher ?

Pas de douche à bord (c’est trop compliqué de faire couler l’eau). On se lave avec des serviettes humides, chaque jour, après la séance de sport, et on change régulièrement de sous-vêtements et vêtements. Nous ne sommes pas des hommes ou femmes des cavernes !!!

Comment est-ce qu’on se lave les dents dans l’espace ?

On se lave les dents avec une brosse à dents et une pâte dentifrice. Ensuite on crache dans une petite serviette que l’on jette. Car on ne peut pas cracher dans le lavabo, il n’y a pas de gravité !!!

Est-ce que dans l’espace, on a des crottes de nez ?

Sans doute. Il faut bien sûr respecter l’hygiène à bord. On utilise des shampoings secs et on utilise un petit aspirateur quand on se coupe les cheveux ou les ongles. On fait très attention à ne rien laisser traîner de solide (miettes...) ou liquide (goutte d’eau, de jus de fruits…) car tout cela pourrait être dangereux (dans les yeux, les oreilles, …) et pourrait salir ou abîmer un matériel sophistiqué d’expériences scientifiques ou un système de bord.

Comment les astronautes se soignent si ils/elles sont malades ?

Il y a une petite pharmacie, une grosse trousse de secours à bord avec des outils pour surveiller sa santé. On peut communiquer avec le médecin au sol, et, si jamais il fallait prendre la décision d’évacuer un malade ou un blessé, il y a toujours un vaisseau accroché à la station pour évacuer si besoin. Et le retour au sol ne prend que quelques heures.

Comment font les astronautes pour avoir du matériel pour travailler ?

Le matériel est envoyé à bord avec les capsules Soyouz et avec les cargos de fret pendant la durée de la mission.

Comment a-t-on de l’électricité ?

Grâce à l’énergie des panneaux solaires et des batteries.

Et vous, Claudie Haigneré ?

Pour quelles raisons l’espace vous passionne ? 

J’avais un rêve qui s’est allumé dans ma tête quand j’ai vu le premier pas de l’homme sur la Lune en 1969, et j’ai eu la chance de pouvoir tenter de réaliser mon rêve. Je suis devenue astronaute, j’ai volé deux fois, j’ai rencontré des gens formidables. J’ai fait des expériences passionnantes, j’ai vu un spectacle merveilleux par le hublot, et je travaille encore aujourd’hui sur des études spatiales pour préparer les vols habités de demain vers la Lune et vers Mars. Et toujours avec curiosité et passion.

C’est beau la galaxie ?

L’orbite où se trouve la Station spatiale internationale est appelée une orbite basse, nous ne sommes qu’a 400 km en orbite, nous faisons le tour de la Terre en 90 min à 28 000 km/h. Cela veut dire 16 fois par jour le tour de la Terre. La planète Terre est magnifique, bleue et blanche, belle et fragile, elle porte la vie. On voit très bien les lumières des villes sur les continents. Elle est très isolée dans un cosmos qui est tout noir. Quand on regarde par un hublot face au cosmos, on voit des milliards d’étoiles et la Voie lactée. Tout cela est magnifique mais ce n’est que la banlieue de la Terre. Aller vers la Lune (385 000 km) ou vers Mars (50 à 150 millions de km), fera découvrir un petit peu plus notre système solaire. Les sondes automatiques parcourent notre système solaire, certaines en sont même sorties, certaines explorent des planètes autour d’autres étoiles. Magnifique, mystérieux, passionnant.

Êtes-vous déjà allée sur la Lune, sur Mars ?

12 hommes ont marché sur la Lune au cours des missions Apollo entre 1969 et 1972. Jamais une femme n’a encore été au-delà de l’orbite basse dans les stations spatiales, mais cela va bientôt arriver. En ce qui concerne Mars, il y a déjà eu beaucoup de sondes, il va y en avoir au moins 4 qui partent en cette année 2020. Pour l’instant, rien n’a jamais été ramené de Mars, on n’a jamais redécollé de la surface de la planète rouge. Je pense qu’il y aura des équipages vers et sur Mars pendant ce 21ème siècle mais nous ne sommes pas encore prêts pour ce grand voyage habité.

Est-ce que votre famille vous manque ?

Les missions spatiales sont des aventures extraordinaires. Pendant une mission de courte durée, tout va très vite et on quitte parfois la station avec regret, on aurait aimé rester plus longtemps. Pour les expéditions de 6 mois, bien sûr, il y a des moments, où on a un peu moins le moral car on se sent loin de sa famille, de ses amis. Mais aujourd’hui, à bord, le téléphone fonctionne bien, tout comme les réseaux sociaux et même les téléconférences chaque week-end avec sa famille. Cela aide à partager les beaux moments et les moments plus difficiles à bord comme au sol. Et l’équipage à bord, c’est un peu votre deuxième famille.

Avez-vous des enfants ?

J’ai une fille née entre mes deux missions spatiales, elle était avec moi et mon mari (astronaute lui aussi) à la Cité des Étoiles près de Moscou. Je crois qu’elle en gardé de très bons souvenirs.

Est-ce que vous avez peur quand vous êtes dans l’espace ?

J’ai eu la chance de faire deux missions spatiales où tout s’est passé sans grand souci (quelques pannes mais facilement réparables). Je me sentais prête pour la mission, j’avais un équipage formidable et la mission était bien préparée. Donc non, pas vraiment, je n’ai pas eu peur. Si quelque chose s’était mal passé, probablement que, dans ce milieu hostile, j’aurais ressenti l’angoisse de trouver la bonne solution pour régler le problème.

L’espace dans toute sa splendeur

Les étoiles sont-elles vraiment très loin de nous ?

Je ne connais que la banlieue de la Terre. En orbite basse à 400 km, nous commençons à mieux connaître, avec des sondes automatiques, notre système solaire, c’est-à-dire autour de NOTRE étoile, le soleil. Découvrir les autres systèmes solaires, les galaxies, l’univers… Oui c’est très très loin et ce sont les miroirs des télescopes qui nous en envoient les images aujourd’hui.

Pourquoi flottons-nous dans l’espace ?

Les effets de la force de gravité liés à l’attraction terrestre sont pratiquement annulés en orbite. C’est une situation de chute libre qui dure, dure….

Est-ce qu’on vieillit plus vite dans l’espace ?

Pas de différence d’écoulement du temps aux vitesses qui sont celles que nous utilisons pour nos voyages actuels dans l’espace. Aujourd’hui, aucun astronaute n’a vraiment vécu ce que l’on voit dans le film « Interstellar », mais le « paradoxe des jumeaux » est un sujet d’étude en physique passionnant.

Partager ce contenu